Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 23:00
Autogire
Autogire

Quelle est la différence entre un adulte et un enfant ?

Le prix des jouets !

Au programme de la journée de dimanche, (large) tour de Paris en avion avec l'ATCF, escale gourmande à Coulommiers et séance d'autogire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Autogire

http://www.ulmest.org/wp/

http://www.aeroclub-atcf.com/

1ère étape : Toussus-Coulommiers par le nord de Paris en tant que passager dans le PA28. L'un des avions du club étant accidenté la veille du départ, il nous a fallu nous réorganiser et nous répartir différemment (22 personnes) entre les appareils valides. De fait, nous avons calculé quelle quantité de carburant chaque avion pouvait accepter en fonction de sa charge.

1ère étape : Toussus-Coulommiers par le nord de Paris en tant que passager dans le PA28. L'un des avions du club étant accidenté la veille du départ, il nous a fallu nous réorganiser et nous répartir différemment (22 personnes) entre les appareils valides. De fait, nous avons calculé quelle quantité de carburant chaque avion pouvait accepter en fonction de sa charge.

J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.

J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.

Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).

Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).

Repost 0
Published by Philippe - dans avion
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 21:52
Sortie en avion avec l'ATCF. Ou comment 21 pilotes se partagent huit aéronefs sur un week-end.
Commencer par sortir les huit appareils du hangar ; la flotte du club au grand complet

Commencer par sortir les huit appareils du hangar ; la flotte du club au grand complet

Départ avec un Cirrus SR22 en IFR (vol aux instruments) ; vision sur Paris..Départ avec un Cirrus SR22 en IFR (vol aux instruments) ; vision sur Paris..Départ avec un Cirrus SR22 en IFR (vol aux instruments) ; vision sur Paris..

Départ avec un Cirrus SR22 en IFR (vol aux instruments) ; vision sur Paris..

Escale à Montluçon. Pause déjeuner. Puis coup d'oeil sur une collection (privée) d'avions de collection. L'appareil jaune est un Boeing ! Escale à Montluçon. Pause déjeuner. Puis coup d'oeil sur une collection (privée) d'avions de collection. L'appareil jaune est un Boeing ! Escale à Montluçon. Pause déjeuner. Puis coup d'oeil sur une collection (privée) d'avions de collection. L'appareil jaune est un Boeing !

Escale à Montluçon. Pause déjeuner. Puis coup d'oeil sur une collection (privée) d'avions de collection. L'appareil jaune est un Boeing !

Visite de la ville de Bergerac
Visite de la ville de Bergerac

Visite de la ville de Bergerac

A l'hôtel

A l'hôtel

Visite du château de Montbazillac le lendemain matin, avec le groupe presque au complet. Ceux qui ne pilotaient pas l'après-midi ont testé et conseillé les pilotes du jour sur les bouteilles à ramener (aucune tolérance n'est admise par rapport au taux d'alcoolémie). Au loin, nous pouvions apercevoir, depuis les jardins du château, les avions sur le tarmac.Visite du château de Montbazillac le lendemain matin, avec le groupe presque au complet. Ceux qui ne pilotaient pas l'après-midi ont testé et conseillé les pilotes du jour sur les bouteilles à ramener (aucune tolérance n'est admise par rapport au taux d'alcoolémie). Au loin, nous pouvions apercevoir, depuis les jardins du château, les avions sur le tarmac.Visite du château de Montbazillac le lendemain matin, avec le groupe presque au complet. Ceux qui ne pilotaient pas l'après-midi ont testé et conseillé les pilotes du jour sur les bouteilles à ramener (aucune tolérance n'est admise par rapport au taux d'alcoolémie). Au loin, nous pouvions apercevoir, depuis les jardins du château, les avions sur le tarmac.

Visite du château de Montbazillac le lendemain matin, avec le groupe presque au complet. Ceux qui ne pilotaient pas l'après-midi ont testé et conseillé les pilotes du jour sur les bouteilles à ramener (aucune tolérance n'est admise par rapport au taux d'alcoolémie). Au loin, nous pouvions apercevoir, depuis les jardins du château, les avions sur le tarmac.

Retour par une chaleur caniculaire. Nous avions initialement prévu de faire un touch-and-go à Limoges. Du fait du nombre de planeurs en évolution (compétition), nous avons décidé de continuer notre route. Peu avant d'arriver sur Le Blanc, nous apprenons à la radio le largage de parachutistes ; non-signalé dans les notam (bulletins d'informations disponibles avant le vol). Les tours de pistes et atterrissages ont été 'brusqués'.

Retour par une chaleur caniculaire. Nous avions initialement prévu de faire un touch-and-go à Limoges. Du fait du nombre de planeurs en évolution (compétition), nous avons décidé de continuer notre route. Peu avant d'arriver sur Le Blanc, nous apprenons à la radio le largage de parachutistes ; non-signalé dans les notam (bulletins d'informations disponibles avant le vol). Les tours de pistes et atterrissages ont été 'brusqués'.

Retour sur Toussus en tant que 'sac de sable' (passager), me laissant admirer quelques uns des châteaux de la Loire (Chambord sur la photo).

Retour sur Toussus en tant que 'sac de sable' (passager), me laissant admirer quelques uns des châteaux de la Loire (Chambord sur la photo).

Arrivée à l'ATCF, non pas sous la pluie mais sous le jet d'eau ! Nous nettoyons les appareils, les remisons dans le hangar, rédigeons la paperasse. Puis le club-house...Arrivée à l'ATCF, non pas sous la pluie mais sous le jet d'eau ! Nous nettoyons les appareils, les remisons dans le hangar, rédigeons la paperasse. Puis le club-house...Arrivée à l'ATCF, non pas sous la pluie mais sous le jet d'eau ! Nous nettoyons les appareils, les remisons dans le hangar, rédigeons la paperasse. Puis le club-house...

Arrivée à l'ATCF, non pas sous la pluie mais sous le jet d'eau ! Nous nettoyons les appareils, les remisons dans le hangar, rédigeons la paperasse. Puis le club-house...

Notre terrain de jeux pour la prochaine fois (ciel au-dessus des pistes de l'aérodrome de Toussus-le-Noble)Notre terrain de jeux pour la prochaine fois (ciel au-dessus des pistes de l'aérodrome de Toussus-le-Noble)Notre terrain de jeux pour la prochaine fois (ciel au-dessus des pistes de l'aérodrome de Toussus-le-Noble)

Notre terrain de jeux pour la prochaine fois (ciel au-dessus des pistes de l'aérodrome de Toussus-le-Noble)

Repost 0
Published by Philippe - dans avion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Philippe
  • Le blog de Philippe
  • : Philippe CASTRO, Responsable-Commercial dans une SSII spécialisée dans l'informatique scientifique.Enseignant en négociation commerciale dans les grandes écoles de commerce.Pratiquant passionné de moto et d'alpinisme. Elève-pilote d'avion (VFR).
  • Contact

Recherche