Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 23:00
Autogire
Autogire

Quelle est la différence entre un adulte et un enfant ?

Le prix des jouets !

Au programme de la journée de dimanche, (large) tour de Paris en avion avec l'ATCF, escale gourmande à Coulommiers et séance d'autogire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Autogire

http://www.ulmest.org/wp/

http://www.aeroclub-atcf.com/

1ère étape : Toussus-Coulommiers par le nord de Paris en tant que passager dans le PA28. L'un des avions du club étant accidenté la veille du départ, il nous a fallu nous réorganiser et nous répartir différemment (22 personnes) entre les appareils valides. De fait, nous avons calculé quelle quantité de carburant chaque avion pouvait accepter en fonction de sa charge.

1ère étape : Toussus-Coulommiers par le nord de Paris en tant que passager dans le PA28. L'un des avions du club étant accidenté la veille du départ, il nous a fallu nous réorganiser et nous répartir différemment (22 personnes) entre les appareils valides. De fait, nous avons calculé quelle quantité de carburant chaque avion pouvait accepter en fonction de sa charge.

J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.

J'ai été surpris par la vitesse que l'on peut atteindre avec un autogire. J'ai moi-même atteint les 170 km/h en le pilotant ! Il est possible de prendre une grande inclinaison dans les virages. L'on se retrouve alors littéralement au-dessus du vide, assis (et bien arrimé) sur son siège. De plus, l'engin est extrêmement maniable et facile à piloter, surtout par rapport à un avion ou à un hélicoptère.

Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).

Retour à Toussus en Aquila avant la tombée de la nuit aéronautique par le sud de Paris, avec înavigation et traversées de zones aériennes en auto-information (chaque avion se signale à la radio). Une grande partie du voyage se fait face au soleil couchant ; féérique ! Il est impressionnant de se retrouver sous les couloirs aériens des gros porteurs atterrissant sur Orly (bien respecter son couloir et sa zone d'altitude !).

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe - dans avion
commenter cet article

commentaires